Mes ouvrages

.
.
.
Le surréalisme, PUF, « Que sais-je ? », 2003
Yvonne Duplessis fait ses premières études à Paris. Le baccalauréat n’étant pas exigé, elle dut cependant le passer ultérieurement pour terminer une licence de lettres à la Sorbonne. Elle obtint en 1938 un diplôme d’études supérieures de philosophie (« La coloration des sensations non visuelles »). Parallèlement, une amie étudiant le symbolisme lui fit découvrir le Surréalisme. En 1939, à l’université des lettres de Montpellier, un professeur, féru de surréalisme, lui fit préparer une thèse de doctorat d’université, « Itinéraires vers une surréalité », qu’ elle soutint en 1945. Elle servit de base à son livre de la collection « Que Sais-je ? » qui en est à sa dix-huitième édition et est traduit en onze langues. Ce cheminement lui semble actuellement assez surréaliste !
.
.
.

Avec  cette  étude,  consacré  à  l’aspect expérimental  du  surréalisme, Y.Duplessis permet  au lecteur  d’identifier  les  liens,  certains  illusoires, d’autre  bien réels  entre  avant-gardes  et traditions initiatiques.Quand  dans le  Manifeste  du  Surréalisme paru  en  1924,  André  Breton donne la définition suivante de ce qui allait devenir un mouvement majeur de l’art et de la pensée :« Surréalisme : n.m. Automatisme psychique par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière,  le  fonctionnement  réel de  la pensée.  Dictée  de  la pensée,  en l’absence  de  tout  contrôle  exercé  par  la  raison,  en  dehors  de toute préoccupation esthétique ou morale. »André  Breton  exprime  bien  ce qui  fonde  une  quête  initiatique.  Il  s’agit  bien  de  se libérer des conditionnements de la raison ou de la société et de découvrir  le surréel,  ici par  le premier pas d’une pensée non-conditionnée. Quête de  liberté de l’être qui commence par un affranchissement des conditions. L’ouvrage  bien documenté, accompagné d’un appareil de notes  très complet, permet de reconsidérer une question toujours très actuelle.

 

.

Une science nouvelle : la dermo-optique

Les recherches entreprises, en France comme à l’étranger, ont montré que la peau est non seulement un émetteur mais aussi un récepteur de radiations invisibles de l’environnement situées, selon une hypothèse récente, dans l’infrarouge lointain. Ni l’obscurité, ni de minces parois métalliques ne font donc obstacle aux interactions de l’organisme avec les surfaces qui l’entourent. Outre son intérêt purement scientifique, cet ouvrage aborde aussi les applications pratiques : des méthodes d’entraînement peuvent permettre à des sujets de prendre conscience d’impressions induites dans leurs mains par des couleurs dissimulées à leur vue. L’auteur s’attache aussi, en conséquence, à démontrer l’importance du choix des couleurs de l’habitat, des salles de classe, des lieux de travail, etc. Une science nouvelle : la dermo-optique retrace les étapes de l’itinéraire qui conduisit Yvonne Duplessis à découvrir un canal d’information impliquant une sensibilité dite  » dermo-optique « .

 

 

Les Couleurs visibles et non visibles

Le problème des couleurs doit être posé en fonction de l’univers des radiations. Dans l’ordre des couleurs visibles, il est essentiel d’étudier leur influence sur notre existence, à partir de la physique et de la physiologie. Mais il existe aussi des couleurs non visibles, qui mettent en cause la sensibilité dite « dermo-optique » de l’organisme. Ce que nos yeux ne voient pas, notre être entier le ressent et le vit. L’étude des radiations invisibles des objets colorés, avec ses applications expérimentales, devient une science à part entière dont cet ouvrage offre la première synthèse.

 

 

 

 

La vision parapsychologique des couleurs

Y.Duplessis a participé dès 1952 à des expériences de télépathie (Institut Métapsychique International) et a poursuivit ses recherches sur les synésthésies et la télépathie. A partir de 1971, elle s’est spécialisée dans le domaine de la vision extrarétinienne et la sensibilité dermo-optique.

« Nous ne savons pas clairement ce qui est possible ou impossible » (Pr Rémy Chauvin). L’intérêt actuel pour la parapsychologie se caractérise ainsi : jusqu’où l’homme peut-il développer ses possibilités ? Ce livre montre rationnellement que tout un secteur humain souvent ignoré, parfois refusé, peut être exploré scientifiquement et enrichir profondément l’homme.

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :